Améthyste - Encyclopédie

    Classe : Silicate
    Sous-classe : Tectosilicate
    Système cristallin : Trigonal
    Chimie : SiO2
    Abondance : Assez fréquent


L'améthyste est une variété de quartz violette. Son nom vient du grec ancien "amethustos" (qui préserve de l'ivresse) sans doute car elle a la couleur du vin coupé d'eau. Sa couleur est liée à la présence d'ions Fe4+ en impureté dont la teneur varie de l'ordre de quelques dizaines à quelques centaines de ppm (100 ppm = 0,01%), mais aussi parfois à une irradiation naturelle. Les cristaux de certains gisements peuvent pâlir à la lumière mais globalement la couleur de l'améthyste est stable jusqu'à 250°C ; au-delà, la plupart des améthystes se décolorent. Vers 500°C, l'améthyste devient jaune-orange, mais se décolore à nouveau si la température est élevée jusqu'à 600°C, avant que le quartz ne devienne laiteux. Aussi, les améthystes subissent un traitement thermique à grande échelle pour obtenir des citrines. Ce traitement thermique peut laisser des inclusions caractéristiques facilement identifiables à l'aide d'une loupe. Elle a été et reste toujours très exploitée à travers le Monde aujourd'hui pour la joaillerie et la décoration. Il s'agit certainement de l'une des pierres les plus connues du grand public.

L'Améthyste dans le Monde

Les gisements les plus remarquables sont situés en Amérique du Sud. Au Brésil et en Uruguay les cristaux tapissent de grandes géodes au sein d'anciennes coulées de laves basaltiques. Ces cavités sont d'anciennes bulles de gaz qui, au fil du temps et de la circulation de fluides hydrothermaux, ont permis la cristallisation de géodes d'améthyste qui peuvent parfois dépasser les 10 mètres ! La silice présente en solution dans ces eaux chaudes a engendré la formation de cristaux dont certains dépassent les 15 cm.


L'améthyste se rencontre également dans des filons hydrothermaux mais aussi plus occasionnellement dans les fentes alpines. De magnifiques cristaux proviennent de Vera Cruz (photo ci-contre) et Guerrero au Mexique, Madagascar, Canada, Namibie.

L'Améthyste en France

Les meilleurs améthystes françaises proviennent des filons du Massif Central (photo ci-contre). Peu prisées actuellement, elles ont largement été exploitées du XVIIème au XIXème siècle. Depuis quelques années la concession de Pégut, près de Vernet-la-Varenne dans le Puy-de-Dôme, a été racheté par J. Plasse qui exploite l'améthyste à la main et la façonne. Ces améthystes ont pour caractéristiques une couleur bleu-violacé intense et des cristaux souvent pseudo-cubiques. Des cristaux très colorés et brillants de plus de 5 cm de section ont également été trouvés aux Isserts, près de St-Jacques-d'Ambur toujours dans le département du Puy-de-Dôme.

On l'a rencontre aussi généralement en cristaux assez pâle mais brillants dans les alpes françaises ponctuellement. Elle a d'ailleurs donné son nom à un sommet alpin : La Pointe des Améthystes.

Les macles

Les cristaux d'améthyste se maclent de la même manière que le quartz, tous les cristaux de quartz sont en général maclé, et on dénombre plus de 20 macles différentes pour cette espèce. Les macles du quartz sont cependant difficile à repérer. La macle la plus évidente est celle dite de "La Gardette" ou "du Japon" que l'on rencontre pour l'améthyste à Andilamena, Madagascar en plus de la sceptration. La macle de la Gardette est formée de deux individus dont l'axe des cristaux fait un angle de 84,33°.

Les faux et arnaques

Parmis les arnaques classiques on note les géodes de quartz naturel peintes en violet. Les encres violettes utilisées ne tiennent généralement pas, un passage dans l'eau ou dans l'acétone suffit à dévoiler la supercherie... Ces objets sont généralement vendus à faible prix dans les souks marocains.

Plus subtile et plus rare sur le marché, les améthystes synthétiques. Les quartz se synthétisent classiquement dans des appareils appelés "autoclaves", des sortes de cocottes minutes qui permettent de faire monter en pression et en température une solution chimique. Ces quartz "hydrothermaux" comme nous les appelons ont un faciès tabulaire, ils ne ressemblent en rien aux quartz naturels (photo ci-contre). Ils ne sont pas maclés afin de présenter des caractéristiques piezoélectriques optimales pour l'électronique, principal secteur consommateur de quartz synthétiques. Certains ont pu se retrouver sur le marché des gemmes notamment. Le problème majeur est qu'une petites quantité de spécimens d'améthystes à faciès pyramidale naturel a réussit à être produite en Chine grâce à cette méthode et mise sur le marché. Ces améthystes sont des flottants dont la matrice est un morceau de granite, les cristaux sont zonés et la couleur violette tire ponctuellement sur le jaune-orange. La photo ci-dessous présente un spécimen synthétique vendu sur eBay pour naturel...



Dureté : 7
Densité : 2,65
Cassure : Conchoïdale
Trace : Blanche




TP : Transparent à opaque
IR : 1,544 à 1,553
Biréfringence :  0,009
Caractère optique : Uniaxe +
Pléochroïsme : Faible
Fluorescence : Très rare


Solubilité : Acide fluorhydrique

Magnétisme : Aucun
Radioactivité : Aucune