Calcite - Encyclopédie

    Classe : Carbonates
    Sous-classe : Carbonates anhydres
    Système cristallin : Rhomboédrique
    Chimie : CaCO3
    Abondance : Très fréquent


La calcite est le plus commun des carbonates. On la rencontre quasiment partout, dans des contextes géologiques très variés : roches carbonatées sédimentaires, environnements karstiques (grottes) et roches métamorphiques paradérivées (marbres), hydrothermal dans les filons métallifères (associée à la fluorine, au quartz, à la baryte et nombreux autres sulfures) mais elle peut aussi être d'origine magmatique (en cavité dans les laves basaltiques, mais aussi minéral constitutif des laves carbonatitiques). Son nom vient du latin calx (chaux) dont elle est la base de fabrication. Ses couleurs peuvent être variées en fonctions des impuretés qu'elle contient, habituellement incolore à blanche quand elle est pure, elle peut aussi être jaune miel à brune, parfois rose lorsqu'elle contient du cobalt, mauve avec le manganèse, bleue ou verte en présence de cuivre. Les formes cristallines de la calcite sont extrêmement nombreuses, on recense plus de 700 faciès différents : rhomboédrique avec toutes les combinaisons possibles (rhomboèdres aigus ou obtus, prismes allongés ou tablettes très aplaties, scalénoèdres souvent modifiés, etc...). La calcite est un minéral industriel d'importance, c'est la base de fabrications des ciments et de la chaux, elle sert de charges minérales dans l'industrie du papier, des peintures et enduits, du plastique, etc... Elle est aussi beaucoup utilisée en agriculture pour l'amendement des sols acides. Elle peut être taillée pour la joaillerie, mais sa faible dureté la rend peu utilisable, En qualité transparente elle a en revanche beaucoup servi dans les instruments optiques comme source de lumière polarisée.

Helix ramondi en lussatite
Calcite d'origine volcanique de Campomorto Quarry, Italie
Helix ramondi en lussatite
Cobaltocalcite de Agoudal Mines, Maroc
Helix ramondi en lussatite
Calcite verte de 23,85 ct en cabochon ovale du Pakistan
Helix ramondi en lussatite
Calcite gemme facettée de 5,23 ct du Mexique

La calcite dans le Monde

Parmi les meilleurs gisements ayant produit de superbes échantillons, on peut citer les énormes scalénoèdres jaune parfois métriques des gisements plombo-zincifères américains de Joplin, et Elmwood (photo ci-contre). De magnifiques spécimens proviennent des mines de fer du Cumberland (UK), comme Egremont ou Frizington. Souvent il s'agit de cristaux scalénoédriques présentant de superbes macles en papillon.
Dans les grands sites de renommée internationale, il y a également l'exceptionnel gisement islandais d'Helgustadir près de Reydarfjörd avec des géodes de calcites constituant de véritables cavernes dans les basaltes. Cette source a produit d'énormes masses parfaitement transparentes (le fameux spath d'Islande) avec des cristaux rhomboédrique dépassant facilement les 50 cm pour atteindre une taille record de 7 x 2,5 m. Des cristaux gemmes de 40 cm ont aussi été extraits des filons métallifères du district de Guanajuata au Mexique et des filons polymétalliques de St Andréasberg (Allemagne). Les cristaux de qualité optique que l'on trouve sur le marché aujourd'hui ont presque tous une origine chinoise, même si abusivement appelés spath d'Islande.

La calcite en France

En France, la calcite est très présente. Parmis les plus beaux cristaux nous citerons les calcaires carbonifères exploités à Louverné (Mayenne), tandis que dans la formation des grès de Fontainebleau, la calcite de Bellecroix est un faciès original constitué de rhomboèdres de calcite imprégnés de grains de sable siliceux. Il faut noter également les spectaculaires calcites diamants des poudingues jurassiques de la région de Pau (photo de gauche).

Helix ramondi en lussatite
Calcite de Lacaune, Tarn, France
Helix ramondi en lussatite
Calcite de Trèves, Gard, France
Helix ramondi en lussatite
Calcite d'Anduze, Gard, France
Helix ramondi en lussatite
Calcite de Rébénacq, Pyrénées-Atlantiques (64), France

Les macles et cristallisations spéciales

La calcite présente de nombreuses macles par accolement dont une macle très commune polysynthétique sur {01-12}. Parmi les plus spectaculaires on note la macle en coeur sur {10-11} et la macle en ailes de papillon sur {02-21} (photo de droite d'un spécimen chinois). 

La calcite peut également remplacer de nombreuses autres espèces minérales, parmi les plus beaux classiques les cristaux d'ikaïte russes. On la retrouve aussi en remplacement de certains fossiles dont les ammonites malgaches mais également en géode dans les bivalves de Ruck's Pit, Floride.

Helix ramondi en lussatite
Calcite dans bivalve fossile de Ruck's Pit, Floride, USA
Helix ramondi en lussatite
Ammonite de Madagascar de 17 ct transformée en calcite
Helix ramondi en lussatite
Stalactite de calcite monocristalline maclée de Cadacu, Gard, France
Helix ramondi en lussatite
Calcite maclée de Montvernier, Savoie, France

Les faux et traitements

Parmi les arnaques classiques on note les colorations au sulfate de cuivre notamment pour obtenir des cristaux de couleur verte. On peut potentiellement avoir des colorations de surface en rose flashy pour imiter la cobalto ou manganocalcite, on peut potentiellement trouver tout autres teintures excentriques.

En traitement classique il faut également signaler l'acidification. Afin d'améliorer l'état de surface de cristaux corrodés ou encroûtés, les échantillons sont parfois plongé dans un bain rapide d'acide chlorhydrique, cela donne un aspect brillant "fondu" aux spécimens. Il faut noter que de l'acide ou de l'huile peut être passé sur les impacts ou dommages des cristaux afin de les masquer.



Dureté : 3
Densité : 2,6 à 2,8
Cassure : Spathique à conchoïdale 
Trace : Blanche




TP : Transparent à opaque
IR : 1,64 à 1,66
Biréfringence :  1,54 à 1,74
Caractère optique : Uniaxe -
Pléochroïsme : Variable
Fluorescence : Rouge, blanc, bleu, vert


Solubilité : Acide chlorhydrique

Magnétisme : Aucun
Radioactivité : Aucune