Fluorine - Encyclopédie

    Classe : Halogénure
    Sous-classe : Fluorure
    Système cristallin : Cubique
    Chimie : CaF2
    Abondance : Très fréquent


La fluorine est un minéral généralement très apprécié des collectionneurs. Son nom vient du latin "fluere" (couler) car son point de fusion est assez bas pour un minéral et qu'elle est utilisée comme fondant. C'est un minéral hydrothermal très commun, on la rencontre aussi dans certaines pegmatites, dans les fentes alpines et en microcristaux dans les produits fumerolliens. Elle prend souvent la forme de cubes, de cubo-octaèdres, d'octaèdres, plus rarement de dodécaèdres ou d'hexaèdres, elle peut être aussi botryoïdale. Ses couleurs sont extrêmement variées et sont fonction de la nature des éléments traces qui se substituent ponctuellement au calcium. On note des fluorines incolores, jaunes, vertes (samarium), bleues (yttrium), violettes, noires et roses à rouges pour les spécimens alpins. Plusieurs couleurs différentes peuvent également se cotoyer au sein d'un même cristal, générant parfois des zonations spectaculaires. Elle est très souvent associée à la baryte, au quartz et à divers sulfures (galène, pyrite, etc...). C'est une matière minérale largement exploitée à travers le monde, elle est utilisé comme fondant dans l'industrie métallurgique, c'est également la première source de fluor. Elle est très peu utilisée en bijouterie-joaillerie à cause de sa dureté trop faible mais est tout de même communément taillée.

Fluorine maclée de Rogerley, Co. Durham, Angleterre, UK
Fluorine violette de Berbés, Espagne
Fluorine tabulaire de Cantera Llamas, Duyos, Asturies, Espagne
Fluorine en boules de Nasik, Maharashtra, Inde

La fluorine dans le Monde

Il est difficile d'être exhaustif tellement les gisements qui ont fourni des cristaux spectaculaires sont nombreux... On peut citer les mines anglaises du Cumberland avec leurs cristaux brillants verts, jaunes ou violets à forte fluorescence bleue (due à une présence d'europium), mais aussi les occurrences américaines telles que Cave-in-Rock. La Chine fournit aujourd'hui également de très nombreux cristaux malheureusement souvent mal ou non géoréférencés. On soulignera aussi les grands cristaux bleus des Asturies espagnoles, les octaèdres vert émeraude du secteur de Riemvasmaak sur la frontière entre l'Afrique du Sud et la Namibie (photo ci-contre) ou encore les boules jaunes, vertes ou rouges de Nasik en Inde. Les arêtes des plus gros cristaux découverts dépassent le mètre !
Cubo-octaèdres de fluorine de Huanggang Mine, Chine
Tranche de fluorine rubanée d'Afrique du Sud
Fluorine en macle du spinelle de Erongo Mountains, Namibie
Fluorine de Cave-in-Rock District, Illinois, USA

La fluorine en France

La France possède d'extraordinaires gisements qui ont fourni parmis les meilleurs cristaux au Monde dont les plus fabuleux cubes bleus. On notera les spécimens de Puy-Saint-Gulmier (bleu électrique) et du Beix dans le Puy-de-Dôme, mais aussi du Burc ou de Montroc dans le Tarn où les cristaux peuvent dépasser les 30 cm d'arête ! Des cubes jaunes magnifiques ont aussi été découverts à Chaillac dans l'Indre , à Valzergues dans l'Aveyron ou encore au Piboul en Lozère. Enfin, il faut souligner les octaèdres de fluorines roses à rouges souvent implantés au sommet de quartz hyalins à fumés que l'on rencontre dans les fentes alpines dans le Massif du Mont-Blanc (photo ci-contre), ces derniers peuvent dépasser les 10 cm d'arête !

Fluorine bleue du Four, Puy-St-Gulmier, Puy-de-Dôme, France
Fluorine de la Mine du Burc, Tarn, France
Fluorine zonée de la Mine du Beix, Puy-de-Dôme, France
Fluorine zonée de Valzergues, Aveyron, France

Les macles

La fluorine présente une macle assez caractéristique qui associe deux individus interpénétrés avec idéalement 18 angles rentrants (photo ci-contre). On parle d'ailleurs de macle de la fluorine. Cette forme se rencontre abondamment sur les gisements anglais de Weardale où quasiment tous les cristaux sont maclés.

A noter également une seconde macle beaucoup moins courante pour la fluorine et plus difficile à repérer : la macle du spinelle. Elle est caractérisée par une forme de cristaux assez aplatie. On la rencontre beaucoup à Naica au Pérou et parfois sur les fluorines roses pakistannaises.

Le défaut de Frenkel

Le "défaut de Frenkel" est le nom généralement donné par les collectionneurs de minéraux à une coloration particulière qui suit la direction d'une grande diagonale du cube (de couleur verte sur l'échantillon de gauche qui provient de la Mine de La Barre dans le Puy-de-Dôme, France), dont l'observation la plus spectaculaire se fait perpendiculairement à une face du cube. 

Afin d'avoir plus d'informations sur cette zone de couleur relativement rare nous vous invitons à lire notre article sur le sujet ici :

Défaut de Frenkel des fluorines - Tribulations

Les faux et arnaques

Les arnaques courantes autour de la fluorine résultent souvent en des assemblages comportant de la fluorine rose pakistannaise. Ces fluorines étant naturellement et abondament associées à des muscovites de taille centimétrique, il n'est pas rare que des fragments d'octaèdres soient littéralement collés sur des morceaux de matrices. Les pakistanais utilisent souvent les muscovites pour masquer les parties cassé du fragment de cristal. Les rendus sont très réalistes, sans une observation minutieuse ces montages peuvent facilement passer inaperçus...

On peut souligner également que les fluorines sont souvent huilées en surface afin d'améliorer leur aspect visuel et masquer les petits impacts. Ce traitement est appliqué à 95% des fluorines chinoises et à beaucoup de fluorines de Valzergues. Ce traitement est très fréquent et réversible. Il est possible de retirer les graisses au moyen d'un bain d'acétone, puis d'eau et de liquide vaisselle. Il faut vérifier néanmoins auparavant que l'échantillon ne présente pas de réparation (recollages), car les colles sont le plus souvent solubles dans l'acétone. Beaucoup plus rare, certaines grandes pièces de collection ont été injectés d'huile sous vide (même traitement que pour les émeraudes) afin de dissimuler les plans de clivage, sans magnification il est impossible de distinguer ce traitement qui n'est malheureusement pas stable, l'huile rancit avec le temps pour laisser des dépôts blanchâtres ou jaunâtre au sein du cristal qu'il est ensuite impossible de retirer...



Dureté : 4
Densité : 3,18
Cassure : Irrégulière à sub-conchoïdale
Trace : Blanche




TP : Transparent à translucide
IR : 1,433 à 1435
Biréfringence : 0
Caractère optique : Aucun
Pléochroïsme : Aucun
Fluorescence : Très fréquente


Solubilité : Acide chlorhydrique, se décompose dans l'acide sulfurique

Magnétisme : Aucun
Radioactivité : Aucune