Galène - Encyclopédie

    Classe : Sulfure et sulfosel
    Sous-classe : Sulfure
    Système cristallin : Cubique
    Chimie : PbS
    Abondance : Très fréquent


La galène est quasiment le seul minerai de plomb exploité aujourd'hui. Son nom vient du latin "galena" (minerai de plomb). C'est un minéral que l'on rencontre dans des contextes géologiques très variés : filons et dépôts hydrothermaux, gîtes volcano-sédimentaires et sédimentaires, et plus rarement dans les gisements pseumatolytiques ou dans les pegmatites. On la trouve généralement sous forme de cubes, cubo-octaèdres ou octaèdres, mais elle peut prendre également des formes tabulaires, réticulées ou dendritiques. Son réseau cristallin peut assimiler des atomes d'argent ou de bismuth, ce qui en fait parfois un minérai d'argent. C'est un minéral exploité depuis l'Antiquité, on en extrait le plomb qui entre dans la composition des plaques d'accumulateurs pour batteries et il est utilisé aussi plus ponctuellement dans la fabrication d'armes, de munitions et de certains verres. Le plomb est à l'origine de troubles neurologiques importants : le saturnisme. Depuis que sa toxicité est connue, on s'en sert de moins en moins, jadis on en faisait des canalisations pour l'eau potable, de la vaisselle, des encres et des peintures (céruse). Dans l'ancienne Égypte la galène broyée était aussi utilisée comme khôl (fard à paupières). Au début du XXème siècle la galène entrait dans la fabrication de poste de radio (le poste à galène) : en 1874, Karl Ferdinand Braun découvre les propriétés semiconductrices de la galène. Cette découverte lui vaut le prix Nobel de physique en 1909.

La galène dans le Monde

Les gisements de galène dans le Monde sont trop nombreux pour que nous soyons exhaustif. On peut citer tout de même les cristaux de Joplin dans le Missouri, USA qui dépassent parfois les 30 cm d'arête ! Les très brillants cristaux (et parfois maclés) du secteur de Madan en Bulgarie sont également tout à fait exceptionnels (photo ci-contre). On peut noter le gisement russe de Dalnegorsk qui a aussi fourni de superbes cristallisations, le Mount Isa en Australie, et l'Angleterre.

La galène en France

La France possède de très beaux gisements qui ont fourni de superbes cristallisations. On peut noter notamment les cristaux des filons du district de Pontgibaud dans le Puy-de-Dôme, dont les spécimens sont aujourd'hui très difficiles à se procurer... Les galènes réticulées de Saint-Laurent-le-Minier dans le Gard sont aussi tout à fait typiques. Il faut souligner également les occurrences de Peisey-Nancroix en Savoie, de La Mure en Isère ainsi que les superbes groupes d'octaèdres de Planioles dans le Lot (photo ci-contre).

Les macles

Les macles de galène sont relativement rares. La plus connue est la macle de Gonderbach (macle du spinelle), car elle s'accompagne généralement d'un fort aplatissement qui aboutit à des plaquettes à contours hexagonaux (photo ci-contre), les cristaux maclés plus trapus sont rares.

La macle de la fluorine, très rare pour la galène, a aussi été signalée avec certitude à Clausthal en Allemagne.

Les faux et arnaques

Contrairement à ce que l'on pourrait penser au premier abord les arnaques autour de la galène sont relativement fréquentes. Les plus classiques sont les géodes de galène marocaines, parfois stalactiformes, vendues généralement dans les souks. La galène se clive très facilement en petits cubes, les fragments cubiques de galène concassée sont la plupart du temps collés dans des géodes de quartz ou carrément sur de la poterie peinte et les stalactites sont en réalité des allumettes recouvertes de petits morceaux de galène (photo ci-contre). Ces montages sont suffisament bien réaliser pour tromper les néophytes.

Plus sophistiqué, on peut souligner les "holocubes" de Madan qui ont en réalité été sculptés à la micro-sableuse, vous pouvez lire notre article détaillé en suivant ce lien : Galènes holoédrique de Madan, Bulgarie. Certaines galènes de ce gisement ont un aspect "fondu" (première photo), cette morphologie est naturelle, cependant l'affaire des galènes holoédriques doit nous pousser à faire attention à ce type de matériel car, certaines de ces galènes ont potentiellement pu être sablées... Il peut être visuellement difficile de repérer un sablage, la méthode infaillible est de passer l'échantillon au microscope électronique, les spécimens sablés présentent de petits cratères sur les faces du cristal et sont dépourvus d'indices naturels de croissance ou de dissolution (dislocations vis par exemple). La photo ci-contre montre un cristal naturel avec des lignes et terrasses de dissolution.


Dernière pratique recensée sur certaines galènes de Planioles, c'est le brossage des faces du cristal au moyen d'une brosse métallique montée sur un mini-moteur (type Dremel). Ce traitement de surface augmente considérablement la brillance du spécimen, cependant il détruit aussi sont aspect naturel et émousse ses arêtes... Sur la photo ci-contre on voit clairement des arêtes ondulées et les angles émoussés, le pouvoir réflecteur des faces est aussi très important.



Dureté : 2,5
Densité : 7,4 à 7,6
Cassure : Sub-conchoïdale
Trace : Gris sombre




TP : Opaque
IR : Non mesurable
Biréfringence : Non mesurable
Caractère optique : Aucun
Pléochroïsme : Aucun
Fluorescence : Aucune


Solubilité : Acide chlorhydrique, se décompose dans l'acide nitrique

Magnétisme : Aucun
Radioactivité : Aucune