Hématite - Encyclopédie

    Classe : Oxyde et Hydroxyde
    Sous-classe : Oxyde
    Système cristallin : Trigonal
    Chimie : Fe2O3
    Abondance : Très fréquent


L'hématite est un oxyde de fer, son nom vient du grec "haïma" (sang) car sa trace est rouge. C'est un minéral que l'on rencontre dans des contextes géologiques très variés : bassins sédimentaires, dépôts hydrothermaux, gîtes métasomatiques, et plus rarement dans les fumerolles volcaniques, dans les fentes alpines et en filons. C'est un minéral qui ne s'oxyde pas et qui ne s'altère quasiment pas, il peut donc constituer des dépôts alluviaux importants. On rencontre l'hématite sous des formes variées, elle peut constituer des rosettes de cristaux tabulaires à épaisseurs variables, on parle alors de "roses de fer", les lamelles d'hématite peuvent également être réparties aléatoirement ou bien prendre des formes dendritiques, elles ont généralement un aspect plus ou moins hexagonal. On la rencontre aussi en masses fibreuses à compactes, parfois à surface botryoïdale (photo ci-contre). Plus rarement elle peut remplacer des octaèdres de magnétite, on parle de pseudomorphoses de magnétite en hématite. Elle est toujours de couleur gris-noir, les cristaux très fins (notamment les micro-cristaux) sont rouge sang. C'est le principal minerai de fer pour la production de fontes, aciers, alliages. Finement broyée, on l'utilise aussi comme pigment dans l'industrie du verre et de la céramique, les hommes préhistoriques avaient d'ailleurs bien compris cette propriété colorante puisqu'ils la mélangeaient à des huiles pour peindre des fresques sur les murs de leurs cavernes. Plus rarement elle est taillée et utilisée en bijouterie-joaillerie.

L'hématite dans le Monde

Les gisements d'hématite dans le Monde sont trop nombreux pour que nous soyons exhaustif. On peut souligner tout de même les exceptionnels cristaux du Brésil qui peuvent dépasser les 15 cm ! Les skarns de l'ïle d'Elbe en Italie et de l'Oural ont fourni eux aussi de superbes cristaux irisés de 6 cm. Il faut noter les superbes roses de fer des Alpes suisses (Saint-Gothard) et autrichiennes qui peuvent atteindre jusqu'à 15 cm de diamètre (photo ci-contre) ! Moins connus, les énormes cristaux tabulaires des mines de Wessels en Afrique du Sud ou du Zambie qui sont tout aussi impressionnants (plus de 10 cm). Sur cette dernière origine ils peuvent être associés à du rutile en magnifique croissance épitaxiale tout comme à Bahia au Brésil ou à Cavradi en Suisse.

L'hématite en France

La France possède de très beaux petits gisements qui ont fourni de superbes cristallisations. On peut noter notamment les cristaux lamellaires très brillants (photo ci-contre) et parfois dendritiques des massifs volcaniques Auvergnat (Chaîne des Puys et Massif du Mont-Dore), certains peuvent atteindre jusqu'à 10 cm ! Le massif vosgien a produit également de jolies petits cristaux brillants que ce soit à Stahlberg, au Bréouzard ou encore à Framont.

Les macles

Les macles d'hématite sont extrêment rares... On trouve essentiellement de belles macles sur les gisements Sud Africain comme N'Chwaning II mine (voir photo ci-contre) où des cristaux trapus s'accollent deux à deux et peuvent être associés à de l'ettringite.

Une forme particulière est à noter, c'est les épitaxies de rutile sur cristaux d'hématite. Ces dernières peuvent former de véritables étoiles à 6 branches très recherchées par les collectionneurs. Sur ces étoiles l'hématite n'est pas maclée contrairement parfois aux cristaux de rutile (photo ci-contre). Les plus belles épitaxies se rencontrent sur les gisements de Bahia au Brésil.


Les faux et arnaques

Une arnaque majeure existe autour de l'hématite et inonde le marché aujourd'hui. En effet, on retrouve l'hématite sur tous les salons de minéraux et fossiles, que ce soit sous forme de pierres roulées (photo ci-contre) ou de bijoux fantaisies (photo ci-dessous). Il faut savoir que bien que vendus comme tels, beaucoup de ces objets ne sont pas de l'hématite, et n'en contiennent absolument pas ! Il s'agit souvent en réalité d'un matériau industriel à base de céramique et de ferrite, il est appelé parfois "hématine" et est destiné à fabriquer des aimants... Et c'est d'ailleurs grâce à cela que l'on peut le reconnaître facilement, l'hématite naturelle n'est pas attirée par un aimant alors que les fausses hématites le sont.



Dureté : 5,5 à 6,5
Densité : 4,9 à 5,3
Cassure : Irrégulière à sub-conchoïdale
Trace : Rouge




TP : Opaque
IR : Non mesurable
Biréfringence : Non mesurable
Caractère optique : Non mesurable
Pléochroïsme : Aucun
Fluorescence : Aucune


Solubilité : Acide chlorhydrique

Magnétisme : Aucun
Radioactivité : Aucune