La géologie de Tsumeb, Namibie


L'exceptionnel site de Tsumeb fut découvert par les européens en 1893 lors d'expédition d'exploration minière bien que déjà connu par les autochtones comme l'attestent des vestiges archéologiques de fonte de cuivre. Son immense diversité minéralogique en fait, pour les collectionneurs, un site d'intérêt tout particulier, ce sont près de 226 minéraux différents dont 40 spécifiques à cette mine qui ont été décrits ! Ont été extraits des minéraux du cuivre, plomb, argent, arsenic, antimoine, zinc, fer, cadmium, cobalt, germanium, gallium, mercure, molybdène, vanadium et étain.

Le site est situé dans des roches sédimentaires kaarstifiées dont le toit se serait effondré à la fin du Protérozoïque (700 millions d'années). Les épisodes transgressifs (remontée du niveau marin) ont permis un remplissage de la "grotte" par du sable. Au fil du temps et des épisodes métamorphiques (orogénèse de la chaîne de montagne des Damara) une accumulation de certains éléments chimiques s'est opérée ainsi que la solidification et recristallisation des sédiments sableux (transformation en quartzite). Les circulations de fluides ont permis au Paléozoïque la mise en place de très nombreuses minéralisations qui ont pu être exploitées à partir du XXème siècle.

La zone d'exploitation s'enfonce sur près de 44 niveaux jusqu'à 1500m sous la surface...Le pipe ou "tube" enrichit en minerai est assez étroit. Il a été largement exploité jusqu'en 1996, date de l'arrêt de l'activité minière du fait de l'augmentation des coûts d'extraction. Des tentatives de relance par l'exploitation de spécimens minéralogiques ont eu lieu entre 2001 et 2004 mais sans succès...