Qu'est-ce qu'un clivage en minéralogie ?

Clivage : définition

Clivage rhomboédrique d'une calcite
Le clivage est l'aptitude des minéraux cristallisés à se briser plus ou moins facilement selon certains plans privilégiés parrallèles correspondant à des plans du réseau cristallin, en donnant des surfaces lisses d'allure régulière, appelées plans de clivage. On dit que le minéral se clive. Il ne faut pas confondre le clivage et la cassure.

Les plans de clivage sont des plans de la structure cristalline et donc couramment parallèles à des faces externes de cristaux (galène, micas...) ; on les exprime de ce fait comme des faces cristallines, en notation de Miller : {111}, {201}, {1101}. Ce sont des plans à forte densité d'atomes séparés entre eux par une distance relativement importante. Du fait de cet éloignement, les forces électriques de liaison qui s'exercent entre deux plans successifs, de type Van der Walls, sont beaucoup plus faibles que celles qui assurent la cohésion des plans atomiques et vont se rompre préférentiellement sous l'action d'une pression, d'un choc thermique ou mécanique, comme un coup de marteau.
Clivage octaédrique d'une calcite
Le clivage est donc un plan de rupture ordonnée dont l'orientation est dictée par la structure cristalline, particulièrement visible sur les monocristaux de grande taille. Ce "prédécoupage" est une propriété indéfectiblement liée à la symétrie cristalline et un important critère de détermination. Sa description comprend la désignation du plan en notation de Miller, et une information sur sa qualité : un clivage peut être parfait ou excellent (biotite, calcite, etc...), bon, distinct, imparfait, mauvais ou médiocre, difficile ou interrompu, voire inexistant, comme dans le quartz. Les qualificatifs ne manquent pas et changent selon les minéralogistes mais tous se réfère à une échelle de qualité du plan obtenu.