Citrine - Encyclopédie

Citrine : améthyste chauffée

    Classe : Silicate
    Sous-classe : Tectosilicate
    Système cristallin : Rhomboédrique
    Chimie : SiO2
    Abondance : Très rare


La citrine est une variété de quartz jaune-orange. Son nom vient du latin citrus (citron) en référence à sa couleur qui est due à la présence de traces d'oxyde de fer dans le réseau cristallin du quartz. La citrine naturelle et non traitée est la plus rare des variétés de quartz. Ses cristaux sont quasiment inexistants, et ses bruts proviennent essentiellement des parties jaunes des amétrines. De très nombreux cristaux vendus sous l'appellation "citrine" sont généralement des quartz fumé dont la couleur tire sur le jaune (à cause d'une faible irradiation naturelle) ou bien des quartz présentant un enduit d'oxydes de fer en surface et qui présente une légère teinte jaunâtre. La citrine est très largement utilisée comme pierre fine, à l'instar de nombreuses autres variétés de quartz. La citrine véritable (naturelle et non traitée) reste cependant une variété très rare, la quasi totalité des spécimens du commerce sont de fausses citrines, obtenues par diverses procédés mentionnés ci-après.

Citrine chauffée de 14,64 ct du Brésil
Citrine naturelle de 1,64 ct issue d'une amétrine de Bolivie
Amétrine de 16,97 ct de Bolivie
Quartz légèrement jaune de Vizille, Isère, France

La citrine dans le Monde

Le meilleurs gisements reste pour nous celui d'Anahi Ametrine Mine en Bolivie, où on l'exploite avec l'améthyste et l'amétrine dans des filons hydrothermaux qui traversent des calcaires dolomitiques. Les cristaux d'amétrine peuvent mesurer classiquement plus de 20 cm et sont principalement exploités en mines, même si quelques carrières sont ouvertes en extérieur. Les autres gisements dont le Zambie où la citrine est décrite produisent en réalité des quartz légèrement fumés par une irradiation naturelle qui tire sur le jaune en couleur.

La citrine en France

La citrine n'est pas présente dans le sous-sol français, même si certains quartz peuvent prendre des teintes jaunâtres, ceci est dû à la présence d'oxyde de fer en surface.

Les macles

Les cristaux de citrine se maclent de la même manière que le quartz, tous les cristaux de quartz sont en général maclés, et on dénombre plus de 20 macles différentes pour cette espèce. Les macles du quartz sont cependant difficile à repérer. La macle la plus évidente est celle dite de "La Gardette" ou "du Japon". La macle de la Gardette est formée de deux individus dont l'axe des cristaux fait un angle de 84,33°. Les cristaux d'amétrine sont quasiment tous en macle du Brésil, comme pour le quartz. Cette macle est cependant indétectable sans filtre polarisant.

Les encres et traitements de surface

Quartz traités

Parmis les arnaques classiques on note les géodes de quartz naturel peintes en jaune ou orange. Les encres jaune-orangée utilisées ne tiennent généralement pas, un passage dans l'eau ou dans l'acétone suffit à dévoiler la supercherie... Ces objets sont généralement vendus à faible prix.

Plus vicieux et produits en Chine, des groupes de quartz naturels incolores sont couramment recouverts d'une fine pellicule jaune par métallisation (même procédé de traitement que pour obtenir les cristaux bleus dit "aqua aura"). Les cristaux sont placés sous vide, et un courant électrique de forte intensité et de faible tension est envoyé dans un filament métallique qui s'échauffe et sublime le métal qui le compose. Le métal sous forme de vapeur va alors venir se déposer à la surface des cristaux et ne peut être ensuite retiré que par des moyens mécaniques. La couleur de métallisation obtenue dépend de la nature du filament utilisé (titane ou or pour les quartz bleu aqua aura). Il est aussi possible de colorer en jaune les quartz par précipitation chimique.

Les citrines synthétiques

Plus subtile et beaucoup plus rare sur le marché, on peut retrouver des citrines synthétiques. Les quartz se synthétisent classiquement dans des appareils appelés "autoclaves", des sortes de cocottes-minute qui permettent de faire monter en pression et en température une solution chimique. Ces quartz "hydrothermaux" comme nous les appelons ont un faciès tabulaire, ils ne ressemblent en rien aux quartz naturels. Ils ne sont pas maclés afin de présenter des caractéristiques piezoélectriques optimales pour l'électronique, principal secteur consommateur de quartz synthétiques. Certains ont pu se retrouver sur le marché des gemmes notamment. Le problème majeur est qu'une petite quantité de spécimens de citrine à faciès pyramidale naturel a réussit à être produite en Chine grâce à cette méthode et mise sur le marché. Ces citrines sont des flottants dont la matrice est un morceau de granite, les cristaux sont zonés et peuvent parfois légèrement tirer sur le violet, des améthystes ont d'ailleurs également réussi à être produite par ce même procédé. La photo ci-contre présente un spécimen synthétique vendu sur eBay pour naturel...

Les citrines traitées

La plus grande part de citrine du marché est issue d'améthyste chauffée. En effet, lorsque l'améthyste est portée au dessus de 500°C, on obtient une couleur jaune-orange qui peut parfois être vive. Le problème de ce traitement est qu'il fissure les cristaux qui contiennent trop d'inclusions fluides, les rendant souvent friables et cassants.

Un autre traitement a fait son apparition sur le marché depuis les années 2010 afin de produire la fameuse couleur jaune. Il consiste en l'irradiation puis la chauffe successive de quartz incolore et transparent. Ce procédé produit un jaune naturel, non criard qui ressemble beaucoup au jaune de la citrine naturelle et non traitée. Les spécimens sont déclinés en cristaux bruts, en prismes polis, oeufs, sphères, sculptures, pierres roulées (photo de droite), etc...



Dureté : 7
Densité : 2,65
Cassure : Conchoïdale
Trace : Blanche




TP : Transparent à opaque
IR : 1,544 à 1,553
Biréfringence :  0,009
Caractère optique : Uniaxe +
Pléochroïsme : Faible
Fluorescence : Très rare


Solubilité : Acide fluorhydrique

Magnétisme : Aucun
Radioactivité : Aucune