Jadéite - Encyclopédie

Jadéite en cabochon de Russie

    Classe : Silicates
    Sous-classe : Inosilicates
    Système cristallin : Monoclinique
    Chimie : NaAlSi2O6
    Abondance : Rare


La jadéite (aussi appelée jade) est un pyroxène sodique de la famille des clinopyroxènes. C'est un minéral typique des roches métamorphiques de basse température et haute pression (schistes à glaucophane ou schiste bleus, éclogites), où il accompagne glaucophane et albite. Plus rarement, il est présent dans les gabbros, les roches magmatiques alcalines ou les serpentinites. La jadéite est rare en gisement primaire, on la retrouve essentiellement en galets dans les alluvions. Elle doit son nom à l'espagnol piedra de yjada (pierre du côté), ce minéral avait en effet la réputation de posséder le pouvoir de soulager les maladies rénales. Elle est exceptionnelle en petits cristaux prismatiques allongés, on la rencontre le plus souvent en agrégats grenus ou compacts, en masses cryptocristallines très tenaces à structures fibreuses. Sa couleur est blanc-verdâtre, vert pomme à vert émeraude, rarement violacé ou vert bleuté. Elle est le plus souvent translucide, mais peut-être semi-transparente en qualité exceptionnelle. C'est un minéral énormément utilisé et apprécié en ornementation en Asie (surtout en Chine). Son extraordinaire ténacité explique son emploi comme hache au Néolithique.

Cabochon de jadéite de Russie
Jadéite de 9,90 ct en cabochon de Sibérie, Russie
Jadéite de type A en cabochon
Splendide cabochon de jadéite de type A
Jadéite violette
Jadéite violette de 40,00 ct de Turquie
Brut de jadéite
Inspection d'un brut de jadéite de Chine

La jadéite le Monde

Bracelet de jadéite
On retrouve la jadéite essentiellement en galet alluvionnaire de grandes dimensions : Longchuan (Chine), Tawmaw (Myanmar) considérée comme la plus belle jadéite au Monde, Ohmi (Japon). Les cristaux de jadéite, des prismes blanc verdâtre de quelques millimètres de long formant des agrégats proviennent de Cloverdale (Californie).

Le bracelet en jadéite semi-transparente de droite est d'origine chinoise (photo © Tino Hammid 1998), il est censés apporter protection et tranquillité à son porteur. Ce superbe jonc en jadéite s'est vendu pour la modique somme de  plus de 2,5 millions de dollars chez Christie’s Hong Kong en 1999.

La jadéite en France

En France, on retrouve la jadéite en traces dans les schistes bleus bretons et dans le Massif de Roche Noir dans un gabbro métamorphique.

Traitements de la jadéite :

Parce que les bonnes combinaisons de couleur, de transparence et de texture peuvent augmenter la valeur de la jadéite à des niveaux spectaculaires, de nombreux producteurs utilisent des traitements pour améliorer son apparence.

Certains de ces traitements existent depuis très longtemps et sont acceptés dans le cadre du processus de finition traditionnel de la jadéite. En revanche, d'autres traitements beaucoup plus récents ont suscité beaucoup d'inquiétude dans l'industrie. Afin d'éclaircir le marché et de faciliter sa compréhension, la jadéite est classée en trois catégories : Type A, Type B et Type C.

 

La jadéite de type A : est de la jadéite naturelle que les producteurs trempent dans de la cire fondue après la taille et le polissage pour améliorer son lustre et colmater les trous de surface et les fractures. Pour aider le matériau à absorber la cire et éviter les fissures, les fabricants font bouillir la jadéite dans l'eau avant de la tremper. La cire remplit le espaces entre les cristaux microscopiques et donne à la jadéite un plus joli aspect. Ce traitement traditionnel est extrêmement courant et il n'affecte pas la valeur.


La jadéite de type B : est de la jadéite naturelle soumise à une série de traitement pour améliorer son apparence. Les fabricants de jadéite de type B trempent la pierre dans de l'acide chlorhydrique ou sulfurique chaud pendant de longues périodes. L'acide blanchit toutes les taches d'oxydation brunes ou jaunes indésirables. Il lessive également le sodium, ce qui modifie la composition chimique de la jadéite. Cela compromet sa durabilité, et elle peut devenir cassante. Lorsque la jadéite est retirée de l'acide, le matériau est terne et crayeux. Il contient également de minuscules vides. Afin d'améliorer le lustre, la transparence et la couleur, les fabricants remplissent ensuite les vides avec de la cire ou de la résine polymère transparente. Cela rend la jadéite plus attrayante et plus facile à vendre. La plupart des jadéites de type B sont vendues sans mention de traitement. Le processus existe depuis au moins le milieu des années 1970.

Au début des années 2000, la valeur marchande de la jadéite de type B était d'environ un dixième de celle de la jadéite de type A d'aspect similaire. La raison de sa faible valeur est que le traitement la rend cassante et instable. Sur une assez courte période, même quelques mois, les mastics polymères peuvent se décomposer et la jadéite peut perdre sa couleur attrayante. Malheureusement, si le traitement n'est pas divulgué, il est difficile de le voir sans effectuer une spectroscopie infrarouge, une analyse qui est généralement effectuée dans les laboratoires de gemmologie...

 

La jadéite de type C : pousse le traitement un peu plus loin en introduisant du colorant. Dès les années 1950, les fabricants ont expérimenté les colorants végétaux afin d'essayer d'améliorer la couleur de la jadéite pâle. Ces colorants organiques produisent des teintes vertes, lavande et brun-orange qui rendent le matériau plus esthétique. Sur le marché actuel de la jadéite, la jadéite de type C est souvent de la jadéite de type B teintée. Le colorant se concentre dans les fissures superficielles de la jadéite. Dans la plupart des cas, le colorant est ajouté à la résine, mais il peut également être appliqué séparément. Les colorants de la jadéite s'estompent, en particulier les verts. Naturellement, la jadéite de type C vaut beaucoup moins que les deux autres types. Le colorant peut être détecté avec un microscope et un spectroscope, mais ces appareils ne permettent pas de révéler la présence de polymère. Le traitement thermique est une méthode parfois utilisée pour produire de l'orange et les couleurs rougeâtres. Le traitement thermique est stable et indétectable.

Toutes les couleurs de la jadéite
Les différentes couleurs de la jadéite
© Mason-Kay
Jadéite de type C instable
Jadéites de type C décolorées avec le temps... 
© Robert Weldon / GIA
Cabochon de néphrite de Russie
Néphrite en cabochon de 37,00 ct de Russie
Cabochon de néphrite de Russie
Néphrite en cabochon de 48,00 ct de Russie

Jadéite et Néphrite : les deux vrais jades

Bien que les deux matériaux soient connus sous le nom de jade, il existe des différences très importantes entre eux. La jadéite est beaucoup plus rare que la néphrite, elle coûte donc beaucoup plus cher. La néphrite se vend généralement pour quelques euros par pièce, tandis que la jadéite peut se vendre entre plusieurs centaines voire dizaines de milliers d'euros par pièce. Une autre différence est la couleur. Le meilleur vert de la jadéite n'existe pas chez la néphrite. Au lieu de cela, les verts de la néphrite sont plus atténués, plus foncés et moins saturés. Comme la jadéite, la néphrite est souvent striée ou tachetée. En plus du vert, la néphrite peut être jaune, rouge, marron, blanc, gris, noir et même parfois bleu. Les belles couleurs terreuses de la néphrite combinées à sa ténacité en font une pierre idéale pour la sculpture. Le blanc est traditionnellement la couleur la plus prisée, et il était autrefois réservé à la royauté.
Tranche de maw sit sit du Myanmar
Maw-sit-sit en tranche du Myanmar
Cabochon de bowenite d'Inde
Bowénite d'Inde de  46,65 ct d'Inde
Cabochon de chrysoprase d'Australie
Chrysoprase de 14,00 ct d'Australie
cabochon de vésuvianite (idocrase) d'Inde
Idocrase en cabochon de 16,90 ct d'Inde

Les substituts

Les gens désirent les verts luxuriants de la jadéite depuis des milliers d'années. Aujourd'hui, les substituts sont aussi courants que la jadéite est rare. La plupart de ces les substituts ressemblent à la jadéite mais ne doivent pas être appelés "jade", seuls la jadéite et la néphrite sont de vrais jades et peuvent être nommées ainsi. Voici quelques-uns des substituts de jadéite les plus courants :

Maw-sit-sit : cette pierre est extraite près de Tawmaw, au Myanmar, et prend son nom de sa source asiatique. C’est un agrégat composé de plusieurs minéraux, parfois jusqu'à dix. Et ces minéraux peuvent être présents en différentes proportions. La composition variable du maw-sit-sit provoque des variations de son apparence. Sa qualité supérieure a une couleur vert foncé très saturée. Les autres teintes vont du vert clair au noir. L'uniformité des couleurs peut varier de monochromatique à marbrée, striée ou tachetée. Les marques sont généralement noires et contrastent agréablement sur leur fond vert. Les teintes et les motif du maw-sit-sit en font un choix fréquent pour de magnifiques sculptures modernes. Plus la teinte est verte et plus la couleur est uniforme, plus le maw-sit-sit ressemble à de la jadéite fine. La similitude d’apparence, plus le fait que sa source est également un site d’extraction de jadéite créée une certaine confusion sur le marché. Un autre point de confusion entre les deux pierres est que le minéral jadéite est souvent un composant mineur du maw-sit-sit. Cependant, le maw-sit-sit ne doit jamais être vendu comme "jade".

Serpentine (bowénite) : on peut entendre les termes de "jade coréen" ou "jade de Corée" dans le commerce. Ces termes se réfèrent à la bowénite, une variété de serpentine qui vient de Haeju en Corée du Nord. Pendant des années, elle a été un substitut populaire de la jadéite. La bowénite est semblable à la néphrite en dureté et peut présenter des inclusions de magnétite. Comme la jadéite, ses couleurs vont du vert clair au vert foncé, parfois marbré. En 1995, un gisement de bowenite de qualité gemme a été découvert en Corée, à Booyo, au sud-ouest de Séoul. Elle a été commercialisée sous l'appelation "serpentine Booyo". Une autre bowenite, découverte au Pakistan en 1980 et introduit sur le marché en quantités commerciales en 2000. Un autre gisement est également exploité en Inde...

Chrysoprase : la chrysoprase est une variété de calcédoine nickélifère avec une teinte naturelle verte à jaune. Exploitée dans le Queensland, en Australie, il a fait son apparition en tant que substitut du jade au milieu des années 1960. Elle s'appelait "jade du Queensland" et fût commercialisé en Asie. 

Idocrase : Dans le comté de Butte, près de Chico, en Californie, une pierre jaune-vert translucide appelée californite est proposée comme une alternative au jade. Sa couleur et sa translucidité ressemblent étroitement au jade, et beaucoup dans le commerce appellent cette variété de vésuvianite "jade de Californie". Elle est aussi connue sous le nom d'idocrase. Comme la calcédoine, la vésuvianite est dure et résistante. Ces qualités contribuent à faire de la californite un substitut de jade populaire.

Les faux et arnaques

Actuellement, il n'y a pas de jadéite synthétique disponible dans le commerce. Mais il existe des pierres assemblées intelligemment qui permettent à la jadéite dequalité inférieure de se faire passer pour une jadéite de qualité supérieure. Certains assemblages utilisent de la jadéite comme composant, tandis que d'autres ne sont que du plastique ou du verre...

Il y a quelques décennies, une pierre assemblée commune se composait de deux parties en jade blanc séparées. Les moitiés étaient jointes ensemble avec du ciment vert ou la cavité entre elles était remplie de colorant vert avant d'être collée ensemble. Cet assemblage peut être difficile à détecter, et le rendu très réaliste.

Plus récemment, deux types d'imitations de jadéite assemblées sont devenus courantes. Le premier type est un triplet créé avec trois morceaux de jadéite pâle presque transparente. Le premier morceau est coupé comme un cabochon fin et creux. Un deuxième cabochon s'adapte à l'intérieur du premier après que du ciment ou du gel vert soit inséré entre eux. Un troisième morceau de jadéite moins transparent est cimenté pour former la base.

La deuxième imitation de jadéite commune est constituée d'un morceau de jadéite verte très foncée découpée en un cabochon creux très fin. La taille extrêmement fine éclaircit le ton sombre de la jadéite, la faisant ressembler à de la jadéite impériale fine. Pour renforcer le cabochon fragile, le fabricant remplit le dos creux d'une résine époxy qui est caché lorsque la pierre assemblée est sertie en joaillerie...

Les cabochons en verre et en plastique imitent également la jadéite, mais un oeil averti peut généralement détecter ces imitations très facilement. Le verre, par exemple, contient souvent de minuscules bulles de gaz. Il est également assez facile de distinguer le plastique de la jadéite simplement par sa densité et sa conductivité thermique. Le plastique est plus léger car sa densité est bien inférieure à celle de la jadéite. De plus, la plupart des plastiques sont mous, tandis que la jadéite est dure et ne montre pas autant d'usure.

Une imitation de jadéite, qu'elle soit assemblée, enduite, teinte ou faite de verre ou plastique - peut attirer un acheteur sans méfiance par sa beauté de surface. Mais ces imitations sont beaucoup moins durables que la jadéite et contiennent peu ou pas de matière précieuse. Malheureusement, les imitations sont courantes, en particulier à proximité des zones de production. 

Une autre façon pour les gens sans scrupule de tirer profit de la jadéite est de rendre les bruts de jadéite plus précieux en le teintant ou en le modifiant...



Dureté : 6
Densité : 3,25 à 3,35
Cassure : Irrégulière 
Trace : Blanche



TP : Translucide à semi-transparent
IR : 1,654 à 1,693
Biréfringence : 0,013 à 0,020
Caractère optique : Biaxe +
Pléochroïsme : Non visible
Fluorescence : Aucune


Solubilité : Insoluble

Magnétisme : Aucun
Radioactivité : Aucune

ReCaptcha

Ce service de protection de Google est utilisé pour sécuriser les formulaires Web de notre site Web et nécessaire si vous souhaitez nous contacter. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

YouTube

Les vidéos intégrées fournies par YouTube sont utilisées sur notre site Web. En acceptant de les regarder, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies

PInterest

Notre site Web vous permet de partager son contenu sur le réseau social PInterest. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de PInterest: https://policy.pinterest.com/fr/privacy-policy/