Wulfénite - Encyclopédie

    Classe : Sulfates, chromates, molybdates
    Sous-classe : Molybdate
    Système cristallin : Quadratique
    Chimie : PbMoO4
    Abondance : Peu fréquent

La wulfénite est, en raison de sa couleur, l'un des minéral secondaire de plomb les plus remarquables. Elle se développe surtout en climat aride à semi-aride, c'est un molybdate de plomb assez rare de même structure atomique que la scheelite ou la powellite. Le molybdène peut être remplacé partiellement par du tungstène (jusqu'à plus de 20% dans la variété chillagite). Son nom vient du minéralogiste autrichien Franz Xavier Wülfen qui étudia les minerais de plomb de Carinthie (Autriche). La wulfénite se présente toujours en cristaux nets, leurs morphologies étant étroitement liées à l'acidité et au caratère oxydant du milieu de cristallisation : le plus souvent en tablettes carrées peu épaisses, et plus rarement en octaèdres quadratiques allongés, on la retrouve également rarement en prismes ou en pseudo-cubes. La couleur est généralement jaune, orangée à rouge-orangée, devenant rouge vif en présence de chrome (1 à 3% dans le gisement iranien d'Anarak). Elle est exceptionnellement incolore à gris-bleuté. Son éclat est intense en raison de son fort indice de réfraction (2,4), le plus élevé de tous les minéraux de plomb. De par ses couleurs, la wulfénite est très recherchée des collectionneurs, c'est aussi un minerai très occasionnel de plomb et de molybdène.

Wulfénite quadratique de Helena Mine, Mezica, Slovénie
Wulfénite prismatique de Los Lamentos, Chihuahua, Mexique
Wulfénite en tablettes de Mibladen, Maroc
Wulfénite de Red Cloud Mine, Arizona, USA

La wulfénite dans le Monde

Les plus beaux spécimens mondiaux de wulfénite proviennent des gisements américains d'Arizona où les cristaux lamellaires peuvent atteindre les 5 cm (mines de Mammoth, Globe, Hilltop et Red Cloud). Le Mexique a lui aussi produit des spécimens rivalisant avec ceux d'Arizona à Los Lamentos, Chihuahua (cristaux tabulaires à prismatiques épais jaunes à bruns) et San Francisco, Sonora (cristaux tabulaires jaune-orangés transparents de 5 cm). Les gisements africains de M'Fouati de Mindouli (Congo) et de Tsumeb (Namibie), ont donné des cristaux de tailles exceptionnelles plus de 10 cm d'arête pour des masses de plusieurs kilos ! Il faut aussi noter le gisement de Mibladen au Maroc qui a produit des cristaux orange vif de plus de 2 cm sur baryte et galène. Et enfin, citons également la localité type de Carinthie en Autriche.

La wulfénite en France

En France, le gisement de plomb des Farges (Corrèze) a produit des cristaux lamellaires transparent orange vif jusqu'à 10 mm. Il faut également citer les mines de Lantignié, mines de fluorine et de barytine qui se trouvent en plein milieu du vignoble du Beaujolais. Les cristaux de wulfénite sont jaune vif, orange, brun rougeâtre ou gris beige. Les plus beaux spécimens tabulaires atteignent les 20mm.

Wulfénite sur pyromorphite des Farges, Corrèze, France
Wulfénite de Lantignié, Rhône, France
Wulfénite de Lantignié, Rhône, France
Wulfénite de Lantignié, Rhône, France

Les macles et cristallisations spéciales

Il existe une macle pour la wulfénite sur {001} qui est assez commune mais difficile à observer en raison de la morphologie applatie de la plupart des cristaux. On arrive cependant à la voir sur les cristaux à morphologie quadratique sur le gisement de Mezica notamment (photo de droite).

Les faux et arnaques

La wulfénite ressemble fortement aux cristaux de dichromate de potassium (photo de gauche) qui s'obtiennent en laissant évaporer une solution saturée (de la même manière que les cristaux bleus de sulfate de cuivre). Certains vendeurs peu scrupuleux ont pu vendre ces "lopezites" (nom commercial de cette synthèse) pour de la wulfénite. Les cristaux de "lopezite" ne sont pas stables et se dissolvent dans l'eau en la colorant d'un orange vif alors que la wulfénite ne se dissout pas dans l'eau. Il faut rappeler que le dichromate de potassium est extrêmement toxique pour l'homme et son environnement, voir à ce propos notre article sur le sujet ici : Lopezite : un faux extrêmement dangereux



Dureté : 2,5 à 3
Densité : 6,5 à 7
Cassure : Irrégulière  sub-conchoïdale
Trace : Blanc, blanc-jaune




TP : Opaque à transparent
IR : 2,283 à 2,405
Biréfringence : 0,122
Caractère optique : Uniaxe -
Pléochroïsme : Faible
Fluorescence : Aucune


Solubilité : Acide sulfurique

Magnétisme : Aucun
Radioactivité : Aucune