Gypse - Encyclopédie

    Classe : Sulfates, chromates, molybdates...
    Sous-classe : Sulfates hydratés
    Système cristallin : Monoclinique
    Chimie : CaSO4 2H2O
    Abondance : Très fréquent


Le gypse est le plus courant des sulfates. C'est principalement un minéral d'origine évaporitique où il cristallise par précipitation directe ou par hydratation de l'anhydrite, il forme ainsi des bancs épais, alternant fréquemment avec des niveaux de marnes ou d'argiles, correspondant à des apports boueux entre les phases d'évaporation. Dans les bassins évaporitiques actuels, l'ascension par capillarité d'eau sulfatée dans les sables permet la cristallisation de grands cristaux lenticulaires enchevêtrés englobant des grains de sable plus connus sous le nom de "roses des sables". Le gypse est également commun dans les gisements hydrothermaux à sulfures. C'est alors un minéral secondaire formé par l'action de solutions sulfuriques acides dues à l'oxydation des sulfures sur l'encaissant ; en milieu calcaire ce phénomène peut prendre une ampleur considérable. Le gypse doit son nom au latin gypsum (plâtre) dont il constitue la principale utilisation. Les cristaux de gypse sont communs et souvent de grandes dimensions, la forme simple montre des cristaux plus ou moins losangiques et aplatis, souvent avec un allongement modéré qui peut cependant aboutir à des cristaux aciculaires, aux faces généralement arrondies, composant des agrégats fibreux à vif éclat soyeux. Les grandes masses évaporitiques sont cependant constituées en grande partie de grains très fins avec des horizons brunâtres plus grossiers. L'albâtre est une variété blanche translucide de gypse. Incolore quand il est pur, le gypse est le plus souvent blanc, jaune miel à brunâtre, gris-jaunâtre, parfois faiblement colorés en bleuâtre, verdâtre ou rouge (inclusions d'hématite). Il possède une dureté faible (2 sur l'éhelle de Mohs et donc rayable à l'ongle) et un clivage lamellaire parfait. Son ancien nom de "sélénite" vient du fait que les Anciens considéraient que sa blancheur intérieure variait avec la Lune. Le gypse est un minéral de première nécessité dans l'industrie du bâtiment. Il constitue en effet la matière première pour la fabrication du plâtre où le gypse est chauffé à 75°C ce qui le déshydrate partiellement et le transforme en poudre blanche. La "prise" du plâtre est la recristallisation provoquée par l'hydratation d'une multitude de cristaux de gypse. Toujours dans l'industrie du bâtiment, le gypse est aussi un retardateur de prise qui entre à hauteur de 5% dans la composition des ciments. Le plâtre est également utilisée en agriculture pour l'amendement des sols alors que l'albâtre est lui, utilisé en sculpture et en pierre d'ornementation. La grande Pyramide d'Egypte était autrefois recouverte de plaques d'albâtre, "recyclées" au Moyen-Âge dans d'autres constructions. En outre, le gypse a très occasionnellement pu être utilisé comme de minerai de soufre ou pierre fine (sélénite).

Gypse bitumineux d'Agrigente
Province, Sicile, Italie
Gypse maclé en fer de lance de Winnipeg, Manitoba, Canada
Sélénite taillée en forme d'oeuf du Maroc
Sélénite taillée en cabochon de 31,80 ct du Maroc

Le gypse dans le Monde

Les cristaux métriques de gypse ne sont pas rares. Généralement, ils proviennent de géodes au sein de gisements hydrothermaux. A Naica (Chihuahua, Mexique) des cristaux géodiques transparents exceptionnels atteignent les 2 mètres, associés à des cristaux limpides décimétriques dans une géode surnommée "la caverne aux épées" (photo principale). A Aquiles Serdan au Mexique on retrouve le gypse toujours en cristaux translucides métriques. A Pilar de Jaravia (Andalousie, Espagne), une géode exceptionnelle de 9 mètres par 3 tapissée de cristaux de 50 cm transparents a été découverte en 2000. La mine de cuivre de El Teniente (Chili) a fourni des cristaux de près de 4 mètres, ils ont été découverts en 1974 dans une géode de 300 m3. Au Mount Elliott (Queensland, Australie) des cristaux limpides à inclusions de cuivre ont également été découverts.

En contexte évaporitique, les gisements siciliens de Catane, Perticara et Agrigente sont particulièrement connus pour leur magnifiques associations de
soufre, gypse et bitume et Hankville (Utah) pour ses cristaux dépassant le mètre. Les carrières d'albâtre fournisent également de magnifiques cristaux transparents, fréquemment décimétriques : Fuente de Ebro (Saragoza, Espagne) pour ses exceptionnels cristaux brillants de 10 cm. De magnifiques spécimens sont également connus à Lockport (New York) et Ellsworth (Ohio) en groupes de cristaux limpides de plus de 7 cm, à Eisleben et Förste (Harz, Allemagne), etc...

Les roses des sables sont l'apanage des pays désertiques. Les plus esthétiques de couleur orange-jaune et atteignant courament un mètre viennent des lagunes salées du Sahara (Maroc, Tunisie, Algérie), mais aussi du Mexique (blanche) et du Pérou (grise).
Gypse rose des sables du Sahara
Gypse rose des sables du Mexique
Gypse rose des sables grise de Desert Paracas, Pérou
Gypse et halite de Bleicherode, Thuringe, Allemagne

Le gypse en France

La France est bien pourvue en spécimens de qualité. Les exploitations de gypse du Vaucluse (Mazan notamment) fournissent de très grands cristaux et de grandes lames métriques transparentes, de teinte légèrement ambrée. Mais la renommée du gypse français est surtout due aux cristaux décimétriques maclés en fer de lance du Ludien du Bassin Parisien (carrières de gypse de Cormeilles-en-Parisis, Montmartre, Villemomble, etc...). Les travaux de la sortie d'autoroute de la A71 au niveau de Combronde (Puy-de-Dôme), ont fourni en quantité de beaux cristaux jaune pâle dans les années 2000. Les carrières de gypse d'Arignac en Ariège ont également produit des cristaux d'une limpidité exceptionnelle ainsi que les carrières de gypse de Carresse (Pyrénées-Atlantiques), autrefois exploitées par les cimenteries Lafarge, et qui ont fournies des lames métriques parfaitement transparentes.

Gypse de Combronde, Puy-de-Dôme, France
Gypse de Combronde, Puy-de-Dôme, France
Gypse gemme d'Arignac, Ariège, France
Gypse maclé en fer de lance de 40 cm de Carresse (64), France

Les macles et cristallisations spéciales

Les macles pour le gypse sont communes sur {100} et appelées macles en "queue-d'aronde". Le gypse macle aussi sur 110 ou {101}, appellée macle en papillon ou fer de lance (photo de droite avec un gypse de Winnipeg, Canada). Les macles sur {209} (macles cruciformes) sont rares.

Ce qui est appelé communément un "fer de lance" n’est pas un cristal de gypse ! Ce n’est qu’un clivage d’une macle du gypse, c’est-à-dire une coupure, une brisure, une cassure de l’association de deux lentilles complètes ici sur la photo du cristal de droite.

Les faux et arnaques

Des lames de gypse parfaitement transparentes en provenance du Brésil sont couramment assemblés. La gangue est reconstituée et permet d'intégrer parfois de l'améthyste. On repère facilement le montage en regardant la matrice, les gangue reconstituée sont toujours très foncée, quasiment noire. Un cristal de gypse clivé (une lame donc) ne peut pas se retrouver ainsi naturellement associée à d'autres minéralisations. Il faut cependant savoir que l'association existe dans la nature, elle n'est pas très courante.

Des ensembles de cristaux gypse aux couleurs exotiques (rose, vert, bleu, etc...) se forment naturellement dans des saumures à la sortie de zones industrielles. Ces saumures sont "polluées" par les rejets industriels à l'origine de ces couleurs exotiques.



Dureté : 2
Densité : 2,32
Cassure : Irrégulière, conchoïdale
Trace : Blanc




TP : Translucide à transparent
IR : 1,519 à 1,530
Biréfringence : 0,010
Caractère optique : Biaxe +
Pléochroïsme : Aucun
Fluorescence : Jaune, blanc, bleu, vert


Solubilité : Acide chlorhydrique

Magnétisme : Diamagnétique
Radioactivité : Aucune